Le mas du Barret

Archives par auteur: Mas du Barret

Éloge des romances de Noël et des bons sentiments (Partie 2)

Par Jacques Roux

La romance de Noël, type de téléfilms produits essentiellement aux US et au Canada, serait-elle un simple produit de marketing, une occasion de faire, à moindre frais, du « business » sur le dos de téléspectateurs pas trop exigeants, ni certainement très futés ? C’est en tout cas la thèse défendue dans un article de TeléCableSat (n°1599 du 26/12/2020) par un certain Cédric Melon. Nous avons dans notre précédente contribution observé que le « business » est partout à la télévision (et pas seulement à la télévision d’ailleurs, nous conseillons à nos lecteurs de s’intéresser aux épisodes médiatiques qui entoureront bientôt l’attribution du prix Goncourt !) et que les critiques de M. Melon visant des tournages à l’économie, avec entre autres l’emploi d’acteurs « inconnus » ou « en bout de course », sinon « has been », étaient pures stupidités. Le casting n’était pas seul à être visé dans cet article : d’une façon globale, pour M. Melon, la qualité de ces téléfilms est « discutable ». Puisque cet article, qui se contentait de jugements négatifs péremptoires, n’a pas ouvert la « discussion » qui paraissait promise, nous nous proposons de le faire à sa place. Parce qu’il y a beaucoup à dire sur ces téléfilms de « divertissement », dont les subtilités ont peut-être échappé à notre éminent critique.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

L’église de Quincivet ferait-elle perdre le nord ?

Par Michel Jolland

Nous avons récemment fait état des prospections électromagnétiques entreprises à Quincivet, ancienne seigneurie et paroisse aujourd’hui devenue un simple hameau, mais hameau au passé combien prestigieux, situé au nord-ouest de la commune de Saint-Vérand (Isère). Il s’agit, rappelons-le, de retrouver les traces de l’église du lieu, attestée dès 1204, signalée pour la dernière fois dans un acte officiel de 1802, disparue depuis sans laisser sur le terrain aucun signe visible. L’analyse des données enregistrées en janvier 2021 n’a pas encore livré tous ses secrets. Lionel Darras, ingénieur CNRS en instrumentation géophysique (UMR51-Archéorient Lyon), finalisera bientôt le rapport des recherches. Il peut être intéressant en attendant de lister les quelques indications fournies par l’analyse des documents d’archives. Des indications qui, prises au pied de la lettre, ont de quoi … désorienter !

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Éloge des téléfilms de Noël

Par Jacques Roux

La réflexion qui suit, consacrée aux « Téléfilms de Noël », qui ne tarderont pas, dès après la Toussaint, d’apparaître sur nos écrans, a été motivée par la lecture d’un article publié dans le magazine « Télé Cable Sat » n°1599 du 26/12/2020. Article consacré aux films « romantiques » (d’origine nord-américaine, USA/Canada, puisque la production française en ce domaine est indigente) diffusés sur certaines chaînes pendant la période de Noël : « Le business des fictions de Noël » (pp.10_11 du numéro concerné). L’article m’avait agacé alors, pour diverses raisons, dont cette qualification accusatrice de « business », comme si, pour l’auteur, un certain Cédric Melon, la romance sucrée était la seule à faire l’objet d’un business dans le champ télévisuel ! Or, Cédric Melon excepté, chacun sait bien que, les chaînes étant des entreprises commerciales, le public de télévision est une cible. Ses goûts font l’objet d’analyses poussées : les sondages en cours de diffusion mesurant les variations d’audience permettent d’affiner le contenu et le style des productions du même type à venir. En conséquence les variétés, les « talk-shows », les documentaires, les fictions, polars entre autres, et tout le reste, sont devenus logiquement les produits d’un « business » de plus en plus sophistiqué, quoiqu’aléatoire : on ne gagne pas à tous les coups !
Pourquoi la romance, fut-elle de Noël, serait-elle spécifiquement à clouer au pilori ?

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Michel Sima, passeur d’art, passeur d’âmes

Par Jacques Roux

Il y a 21 ans, sous l’égide de Stéphane Alaize son député maire, la ville d’Aubenas présentait une exposition rarissime : les œuvres du sculpteur et photographe Michel Sima. Né en Pologne en 1912, c’est en Ardèche où il était venu s’installer en 1967 avec sa famille, qu’il vint mourir en 1987. On devait à son fils Pierre et au photographe Jean-Luc Meyssonnier cette rétrospective éclairante : les deux composantes de sa création, sculpture et photographie, n’avaient jamais été, comme elles le furent ici, valorisées ensemble. Pierre Sima et sa mère avaient mis à disposition du public, sorties tout droit de l’atelier où elles étaient restées après la disparition de leur auteur, la plupart des dernières œuvres de Sima, créées à partir de pierres ou bois gelés. Œuvres jamais vues, qui ramenaient à la vie un homme hors du commun et son imaginaire. Quant à Jean-Luc Meyssonnier il offrait sur les cimaises quelques uns des tirages somptueux qui avaient permis depuis une vingtaine d’années d’apprécier pleinement la richesse dramatique et la beauté plastique des portraits d’artistes qui ont jalonné la vie de « Michel Sima photographe ». Picasso, Picabia, Giacometti, Chagall et autres, ont en effet croisé le regard et l’objectif de celui qui fut sans doute le plus déconcertant des compagnons, lui qui à peine sorti de son atelier s’infiltrait dans le leur et les photographiait comme aucun journaliste, aucun photographe professionnel, n’auraient pu le faire. A hauteur d’homme, à hauteur d’artiste. Sima photographe n’était jamais un intrus, mais un regard complice, la promesse d’être vu comme on aurait aimé se contempler soi-même : isolé du monde, immergé dans son œuvre. Esclave et roi tout à la fois.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Vers un nouveau regard sur Münzenberg

Par Michel Jolland

Le 17 octobre 1940 dans les bois de Montagne, près de Chambaran, deux chasseurs trouvent un cadavre en décomposition au pied d’un arbre où se balance encore un bout de corde. Dans les vêtements du mort, la gendarmerie de Saint-Marcellin découvre des papiers au nom d’un certain Willi Münzenberg. La justice conclut au suicide et, le 20 octobre, le corps est enterré dans le cimetière de Montagne. Cet épisode, ainsi que l’énigme entourant les circonstances exactes de la disparition de Münzenberg ont souvent été évoqués, y compris dans ces pages (http://www.masdubarret.com/?p=210). Relativement oubliés pendant la guerre froide, le parcours, le rôle et l’influence politiques de Münzenberg, sont devenus, en ce début de XXIe siècle, des objets de recherche de premier plan. Parallèlement, on prend conscience en Dauphiné que le moment est venu de porter un nouveau regard sur « l’Allemand mort à Montagne » en vue de l’ancrer dans le panorama historique et mémoriel local.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Variations autour des noyers du Barret

Les leçons de choses du « Mile »
par Michel Jolland
Nous voici de retour au hameau Barret, à Saint-Vérand (Isère) dans les années 1950. Comme c’était le cas ailleurs dans la commune, le hameau était couvert de nombreuses exploitations, que l’on jugerait aujourd’hui petites, voire très petites, mais qui, bon an mal an, suffisaient à nourrir la famille, surtout lorsque l’un de ses membres avait un emploi salarié à la fabrique de manches et brouettes du village ou dans une laiterie locale. On pratiquait un peu d’élevage et une polyculture adaptée au terroir. Chaque ferme avait ses champs, ses prés, ses vignes, ses arbres fruitiers et une ou deux parcelles de bois taillis pour le chauffage. Bien présents, les noyers étaient des arbres de bordure, alignés à intervalles plus ou moins réguliers le long des chemins ou en limite des espaces cultivés. Parfois l’un d’eux, énigmatique et solitaire, s’égarait en plein milieu d’un champ. Que ce soit pour les besoins de la famille ou pour en tirer un revenu, la récolte des noix était précieuse. La culture du noyer était l’une des grandes passions d’Émile, un voisin de mes grands-parents.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Gaby Beaume Le dessin comme on cultive sa terre

Gaby Beaume
Le don du dessin
Par Jacques Roux

Gaby Beaume n’est pas de ceux qu’on dérange pour savoir ce qu’il pense de l’art du dessin et s’il a le sentiment d’appartenir à une école, une manière, ou autre oiseuse question dont raffolent journalistes et pseudo amateurs d’art. Par contre si vous avez quelques conseils à solliciter pour travailler au mieux votre vigne, si vous avez des questions sur le système de freinage d’une Salmson de 1935 (la 4 cylindres ? risque-t-il de demander) votre heure sera toujours la bonne heure. Le bonhomme n’a jamais plaint son temps ni son énergie pour produire « Le Camisard », son vin, un rouge de derrière les fagots (chaque bouteille est destinée à devenir « collector » !), il a passé des jours dans son atelier à retaper les voitures de sa collection, l’une des plus originales sans doute parce que guidée par sa seule passion et non des impératifs de mode. Bref, s’il existe un artiste que sa qualité « d’Artiste » avec un grand A ne fait pas grimper aux rideaux, c’est bien Gaby Beaume. Et pourtant, comme on dit « ici » : il a le don !

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Alexandre Vedernikov

par Jacques Roux

Depuis le début de la pandémie, si l’on en croit le comptage de l’Université Johns Hopkins (LCI 18 juin 2021), près de 4 millions de personnes sont mortes du (ou de la) Covid (4 845 051, chiffres officiels, certaines données, telles que celles de l’Inde et du Mexique étant largement sous-évaluées). Parmi elles, 111 000 environ en France. C’est sur leur tombe, et sur la douleur de leurs familles, que crachent depuis des semaines ceux qui défilent avec le prétexte de protéger « leur » liberté. « Il faut de tout pour faire un monde » disait ma mère qui avait goûté à « tout » justement, exclusion et mépris y compris.
C’est à l’une de ces victimes que j’aimerais consacrer les lignes qui vont suivre, ne serait-ce que pour contrebalancer l’indécente arrogance qui se pavane dans nos rues. Tant de vies humaines sont parties, définitivement, comme celle du poète-musicien Christophe, ou celle de l’écrivain chilien Luis Sepulveda (qui soi-dit en passant avait goûté aux prisons de la dictature Pinochet : que ceux qui crient à la dictature devant un radar contrôleur de vitesse ou une seringue, qu’ils n’ont pas dénoncée quand elle leur permettait d’aller passer leurs vacances en certains endroits du globe, se renseignent sur ces terribles années 1973/1990 avant de baver leur haine sur leur pays).
J’aimerais parler d’Alexandre Vedernikov, chef d’orchestre, mort par étouffement à 56 ans après des jours d’agonie.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Michel Jarrié La mémoire et l’imaginaire

Bien qu’Aramonais d’enfance et de coeur, Michel Jarrié vécut de nombreuses années à Saint-Marcellin. Avec leurs hauts-lieux, leurs personnalités, leurs événements marquants, Aramon, village du Gard ouvert sur le Rhône, et Saint-Marcellin, cité iséroise, sont deux points d’ancrage essentiels dans les récits de Michel Jarrié. Des récits qui, tout en laissant délicatement transparaître les convictions, la bienveillance et l’humanisme de l’auteur, mêlent subtilement souvenirs personnels, anecdotes de toujours et une imagination pleine de malice. Une personnalité saint-marcellinoise semble avoir particulièrement enfiévré son imaginaire : elle est connue sous le nom de plume de Françoise Sagan. Parce qu’il en parlait souvent et qu’il lui a réservé une place dans ses écrits, évoquer aujourd’hui le parcours et les publications de Michel Jarrié, c’est raviver la mémoire de cette toute jeune fille d’alors qu’il appelait, comme s’il avait été un de ses familiers, Kiki…

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

La vie d’artiste (5) Les sirènes de Claude Ribot

Le 9 mai 2021, sous le titre générique « La vie d’artiste 2 », nous avons évoqué la figure de Claude Ribot, sculpteur. Originaire du Mans, c’est à cette ville qu’il a confié ses réalisations les plus prestigieuses : des fontaines. J’ai souhaité il y a quelques années, par lettre au Maire du Mans, que le Syndicat d’Initiative édite un guide permettant de dénicher, dispersées comme elles le sont dans cette grande cité, les œuvres d’un créateur dont elle a toutes les raisons de s’enorgueillir. Des œuvres que la ville lui avait commandées, ce qui signifie qu’il y eut au moins une époque où elle avait conscience de leur valeur. Je ne crois pas avoir obtenu gain de cause et la dernière fois où, après son décès et à titre d’hommage personnel, je suis allé saluer les créations de Claude Ribot, j’ai eu la tristesse de constater que ces fontaines n’étaient plus en eau et que deux d’entre elles, pour le moins, Léda et Les Sirènes, avaient été vulgairement taguées. J’espère que depuis elles ont retrouvé leur état natif. Il me plaît cependant ici d’évoquer la plus emblématique de ces fontaines, telle que je l’ai découverte en mars 2007 en compagnie de son auteur : la fontaine dite « Des Sirènes ».

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE