Le mas du Barret

Archives par auteur: Mas du Barret

Symbolique de la rivière

Par Jacques Roux

A Saint-Vérand, penser « la rivière », c’est dire : la Cumane. Un mot dont l’étymologie est paraît-il un rien obscure, je n’en dirai pas plus : cette obscurité-là fait partie de la chose : pas plus que son nom, son premier (« l’authentique » ou le « véritable » comme on dit en Ardèche pour les sources de la Loire), son premier filet d’eau donc, n’est identifiable. Parce qu’il n’existe pas : ce qui sourd, ce qui suinte n’est pas source, la source il faudrait la chercher à l’origine des temps, quand se scindèrent le jour et la nuit, le solide et le liquide, et ce que nous nommons comme des enfants la vie et la mort. C’est de la « rivière » que je vais parler mais c’est bien de la Cumane qu’il s’agira. Dans les arrières plans incertains où s’entremêlent mes sentiments, mes pensées et les mots qui me viennent, n’est-elle pas « LA » rivière, n’est-elle pas, à elle seule, « toutes les » rivières ?

OIUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

La maison forte de Brochenu – Une sentinelle fièrement perchée sur son promontoire

Par Michel Jolland

Nous avons souvent, sur le Mas, parlé de Quincivet, de son château, et bien sûr de son église disparue (voir les articles du 7 mars et du 14 septembre 2021). Dans les documents où nous cherchons des informations sur cette église nous trouvons régulièrement mention de la maison forte de Brochenu. Il est vrai que cette dernière est proche voisine de Quincivet dont elle domine les bois et les champs. Signalée dès 1317 dans un acte par lequel plusieurs nobles, parmi eux Jean et Pierre de Brochenu, prêtent hommage à leur suzerain Pierre de Murinais, la maison forte existe toujours même si elle porte trace des modifications intervenues au cours des siècles.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

La magie de l’affiche

Par Jacques Roux

Parler aujourd’hui, fin du premier quart du XXI° siècle, de « magie de l’affiche » paraît tout à fait stupide. Dès qu’on sort des chemins de campagne les panneaux d’affichage sont présents partout et sans même tenir compte de ce que nous nommons « l’affichage sauvage » ; affichettes collées sur les arbres, les poubelles, les poteaux électriques, les plus nombreuses à caractère politique et beaucoup pour annoncer quelque « soirée festive », un loto, une quelconque manifestation locale sans grand moyen. Saturation, plus que magie. Parfois, cela arrive, charme ou drôlerie : certaines pubs réussies, le plus souvent insipide banalité.
Mon propos ne vise que les affiches cinématographiques et renvoie à une autre époque, disons après la seconde guerre mondiale (on nous dit qu’elle attend une petite sœur) entre 1947 et la fin des années 60. Comme aurait pu le chanter Aznavour, c’est un temps que les moins d’un certain âge ne peuvent pas connaître. Ils ne savent pas ce qu’ils ont perdu, les pauvres. A titre de preuve la délicieuse affiche annonçant les non moins délicieuses « Vacances romaines » pendant lesquelles Audrey Hepburn fit perdre la tête à Grégory Peck… Puis au monde entier.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Pazdzerski et Jean-Pierre Gelly – Peindre et écrire

Par Jacques Roux

André Pazdzerski peint et expose depuis plus de 50 ans. Installé tout près d’Aubenas, en Ardèche, où il s’est fait connaître dans les années 70 par ses dessins puis ses aquarelles, sa carrière s’est développée parfois très loin de son port d’attache et sa manière a considérablement évolué : il est désormais apprécié pour ses peintures abstraites. Il les exposera à Aubenas sous peu, ainsi qu’à Vals-les-Bains, en compagnie de Serge Volle (événement sur lequel le Mas du Barret reviendra). Pour l’exposition d’Aubenas, qui marque son retour sur la scène locale puisqu’il a beaucoup exposé ailleurs, il a fait appel à un ami de longue date, écrivain, typographe : Jean-Pierre Gelly . Son souci en effet était de donner à comprendre au public que sa période actuelle ne résumait pas à elle seule son parcours de peintre. Cette préoccupation rejoint sans doute celle de nombre d’artistes. Le livret qui sera proposé par Jean-Pierre Gelly, le printemps prochain, aux visiteurs de l’exposition albenassienne portera le titre : « Osmose ». Il n’est pas inutile de chercher à comprendre pourquoi.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Rénovation d’un château d’eau à La Roche-de-Glun : l’un des faux-jumeaux fait peau neuve !

Par Michel Jolland

Sur la commune de la Roche-de-Glun (Drôme), deux châteaux d’eau bordent la RN 7 sur le tronçon très fréquenté qui relie Valence à Tain l’Hermitage. Surgissant au dessus des arbres fruitiers, des maisons d’habitation, des entrepôts ou ateliers industriels, ils habillent l’horizon de leurs silhouettes élégantes. Le plus ancien des deux vient de bénéficier d’une remise en état visible au premier coup d’œil : une peinture gris souris recouvre désormais le béton brut et met en relief les nervures extérieures qui forgent son identité. Une restauration qui prolonge et rehausse la recherche esthétique présente dès sa conception au début des années 1970. Même si la concurrence est rude, notamment avec la présence de réalisations exceptionnelles dans la ville voisine de Valence, ce château d’eau rural dans une zone désormais semi-urbanisée peut à bon droit être placé parmi les plus beaux de France.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Gainsbourg au piano

Par Jacques Roux

L’image est plutôt rare : Gainsbourg au piano, dans un film. Il existe une autre séquence, appréciée des amateurs, dans « La romance d’un voleur de chevaux » d’Abraham Polonsky (1971). Gainsbourg y interprète au piano, pour la jolie Marilu Tolo (à qui, dans la vraie vie, il dédia en 1966 : « Dis-moi, as-tu déjà aimé Marilu ? ») sa « Noyée », délicate et sombre ballade, hommage façon Gainsbourg à l’Ophélia de Rimbaud. On le voit aussi enregistrer, mais en studio, seul au micro, « Requiem pour un con » dans une scène percutante du « Pacha » de Lautner (1968) ; il y croise, sans un regard, Gabin venu enquêter auprès de ses musiciens. Deux monstres sacrés, une ellipse, beauté du cinéma : l’instant fugitif immortalisé. En fouinant un peu on trouve sur Internet quelques extraits de sessions dans lesquelles il joue en trio avec Elek Bacsik (guitare) et Michel Gaudry (basse), séquences précieuses dont la date reste indéterminée mais nous sommes certainement dans les années 60 : le disque enregistré avec Bacsik et Gaudry, « Confidentiel », est sorti en 1963. Or il se trouve que notre illustration est extraite d’une réalisation datant de la même année, signée Jacques Poitrenaud. Il s’agit de « Strip-Tease », qui relevait de la catégorie « film grand public », et n’a pas laissé de souvenir impérissable. Il mérite pourtant qu’on s’y attarde, nous allons voir pourquoi.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Berret à Saint-Vérand (3)

Par Michel Jolland

Dans cette troisième et dernière page consacrée à Paul Berret, et plus particulièrement aux relations qu’il entretenait avec les habitants et la vie du village de Saint-Vérand (Isère) où il vécut et fut inhumé, nous évoquons les dernières années de sa vie. Quelle image ses interventions sur la scène publique entre 1936 et 1943, date de son décès, ont-elles laissée dans la mémoire collective ?

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE

Berret à Saint-Vérand (2)

Par Michel Jolland

Il y a presque un mois, le 19 décembre 2021, nous avons publié un premier texte consacré à Paul Berret. Il y était notamment question de la part que ce professeur dans des lycées parisiens prit, en 1905 et 1914, à la vie publique de Saint-Vérand, près de Saint-Marcellin (Isère). En 1926, le moment de la retraite venu, Berret s’installe définitivement dans ce village, « son village ». Nous le retrouvons délégué cantonnal de l’enseignement primaire, une fonction qui lui permet d’exprimer son attachement à l’Université et à l’école publique.

La Tune de la Varaime (Boulc en Diois) : une grotte bergerie pour les transhumants et un sanctuaire d’art schématique

Par Jacques-Léopold Brochier

Avec ce document communiqué par Pierre Bintz nous restons dans le département de la Drôme. L’auteur du texte, Jacques-Léopold Brochier avec qui Pierre Bintz a souvent collaboré, est un spécialiste de l’archéologie préhistorique du Diois et de la moyenne vallée du Rhône. Responsable de la fouille et de l’analyse du site Néolithique moyen de la Tune de la Varaime, il est particulièrement bien placé pour nous présenter la double vocation de cette grotte, classée Monument Historique en 1990. Le Mas est très honoré de l’accueillir parmi ses contributeurs.

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUER SUR L’IMAGE